• Accueil
  • > Archives pour janvier 2013

Archive pour janvier 2013

Virgin Mégastores solde

Mercredi 9 janvier 2013

 

Virgin Mégastores solde dans Non classé capture-decran-2013-01-09-a-09.26.441

 

Soldes monstres chez Virgin Mégastores.

La chaine solde ses 1000 salariés  : début de l’opération ce matin à 8 heures, offre sans limite de temps.

Je me souviens du temps des promesses, des oracles en 1991. C’était une autre époque.

A cette époque il régnait une misère culturelle totale sur le monde, elle faisait des ravages. Il n’y avait rien à voir, la musique accessible n’était que de la soupe.

Trop de misère. Trop c’etait trop. La révolution grondait, le peuple se soulevait mais mais mais une déesse apparut alors aux pauvres affamés et solda le problème.

Virgin Mégastore !

Virgin Mégastore scandaient les affamés !

Les misérables connurent les transports de l’extase.

Certains souffrirent d’euphorie : ils n’oublieront jamais …

Non c’est certain ils n’oublieront jamais cette promesse faite alors : « depuis ce jour le culte de Virgin Mégastore se perpétua jour après jour  de 10h00 à minuit dans toutes les grandes cités du monde ».

Les mayas l’avaient dit, ce monde aurait une fin.

La déesse reviendra t elle ? Comment apparaitra t elle aux affamés, avec quelle promesse ? Aurélie Filippetti drapée dans une longue toge blanche : j’ai hâte de voir.

22 ans après les digital natives sont nés et emmenés par une Amazon ont balayés les adorateurs de la déesse.

La déesse n’est plus « virgin ». Depuis son apparition au sommet de cette tour, elle a consommé avec Arnaud Lagardère puis pire encore avec un fond pour tomber au fond sans vision.

Pour se perpétuer de jour en jour il eut peut être fallu s’adapter un peu et garder la folie d’un Branson. Facile à dire cela dit.

Il eut peut être fallu ne pas seulement utiliser les mètres carrés des Champs Elysées pour y poser des piles de bouquins de CD, il eut fallu redéfinir l’extase, l’expérience consommateur mythique.

Face à Amazon, la seule chance d’une chaine comme Virgin était de valoriser ces mètres carrés, de jour en jour, c’est à dire quotidiennement comme le disait la prophétie. Pas seulement en en faisant un lieu occasionnel de concert même si pour la notoriété de l’enseigne les happenings tournant à l’émeute des Booba ou de DJ Chuckie furent des succès indéniables.

Que chaque mètre carré soit une expérience permanente, que chaque rayon déclenche une euphorie collective, que chaque étage nous transporte d’extase comme le disait la prophétie. Ce temple aurait pu être celui des marques, des écrivains, des musiciens, de ces jeunes créateurs qui n’ont pas encore de label… et que tous ces évènements soient déclencheurs d’achat.

Las. La chaine a supporté le coût de ses mètres carrés sans vraiment les valoriser, sans digitaliser le point de vente au point de le faire apparaitre aussi vieux que cette publicité de 1991.

Il ne s’agit pas aujourd’hui de critiquer la livraison gratuite d’Amazon, plébiscitée par les clients mais bien de faire évoluer les modèles avant qu’il ne soit trop tard. J’ai bien envie de parler d’Air France tout d’un coup …

<embed allowfullscreen= »true » allowscriptaccess= »always » flashvars= »config=http://www.culturepub.fr/config/videos/50364?v=h » height= »370″ src= »http://www.culturepub.fr/player/player-5.8.swf » type= »application/x-shockwave-flash » width= »442″ />

 

 

 

 

 

L’expérience consommateur selon Mémé le Floch

Mercredi 2 janvier 2013

 

 

Crêperie Le Floch, kilomètre 4 sur la route de Quiberon. Jeanine le Floch officie aux fourneaux depuis 45 ans sans avoir pris un jour de congé. La presse locale s’en fait souvent l’écho comme autant les critiques gastronomiques parisiens de passage.

J’y ai déjeuné en famille récemment .

 

L'expérience consommateur selon Mémé le Floch dans Non classé capture-decran-2013-01-02-a-18.40.561

 

 

Mémé comme elle s’appelle elle même m’a confisqué mon portable dès le début du repas tandis que je tentais le checkin sur Foursquare. « Ici on est là pour manger » Elle m’ôta des mains mon portable et repartit avec lui en cuisine ; je l’aurais à la fin du repas, « peut être » me dit elle.  Je vis mon portable à deux doigts d’une belle motte de beurre quand on son d’un « c’est prêt » je dus me lever pour aller chercher les crêpes dans sa cuisine. L’IPhone 5 était-il « salted butter resistant » ?

Ma mère fut priée de finir son assiette ; je crois qu’elle n’avait pasreçu un tel ordre depuis 70 ans.

Mon fils invité à prendre des cours de dessin quand Mémé vint ramasser les crayons de couleurs qu’elle lui avait prêtés et qu’elle jeta un coup d’œil  à son oeuvre.

Ma fille a appris son proche décès en réponse à la commande une crêpe au Nutella : Mémé nous gratifia d’un exposé sur les méfaits de l’huile de palme. Nous échappâmes de peu à l’exposé sur le décaféiné, unique pire produit que l’huile de palme.

Ma femme qui tentant d’éviter le Nutella commanda une crêpe au caramel beurre salé fut cataloguée comme « touriste » ce qui après parisien est la pire insulte.

 

 

capture-decran-2013-01-02-a-18.44.55 customer experience BMW UX CX experience consommateur marketing retail dans Non classé

Déjeuner chez Mémé, c’est une expérience.

On a passé un moment délicieux et il n’est pas question pour les enfants de venir à Quiberon sans passer déjeuner chez Mémé.

Expérience consommateur magique.

Les crêpes sont délicieuses. Absolument délicieuses mais elles ne sont pas les seules sur la presqu’île. La déco est à d’époque, photos délavées de la côte sauvage, calendrier et carte du CIO, maquette d’un bateau de pêche … bref, rien d’exceptionnel. Il fait sombre. Les prix sont les même qu’ailleurs.

capture-decran-2013-01-02-a-18.45.13

 

Ce qui fait la différence c’est Mémé, c’est l’Expérience qu’elle offre à ses clients, expérience unique, exactement ce que recherche à créer les grandes chaines dans tous les secteurs du retail.

Je me prends à imaginer Mémé concessionnaire automobile, BMW.

J’imagine l’accueil de clients potentiels arrivant en Audi, leur décrivant catégoriquement combien leur voiture est passable. Comment accueillerait-elle un client arrivant avec sa BMW un peu sale, prié aussitôt de la laver. Un dépassement de kilométrage avant la révision serait probablement passible d’une bonne engueulade, voire d’une majoration.

Il manque dans le commerce aujourd’hui de la personnalité. Malheureusement rien ne ressemble plus à un concessionnaire qu’un concessionnaire.

Les concessionnaires de la même marque, devenu concurrent par la force d’internet et l’abolition des zones de « chasses gardées » cherchent aujourd’hui trop peu à se différencier par leur personnalité.

Aucune différence ne sera faite par le prix car soit les moteurs de recherche soit un confrère à la situation précaire seront mieux disant, quitte à déposer le bilan à moyen terme.

Mémé devrait vous inspirer.

Il ne s’agit pas forcément d’engueuler vos clients mais surtout de vous démarquer. Qu’est ce qui vous fait vibrer ? La performance ? Le service ? L’historique de père en fils de votre business ? Quoi d’autre, vous êtes un ancien champion, un politique … ?

Cherchez, trouvez.

On ne va pas à la crêperie on va déjeuner dans la crêperie de Mémé.

Si demain on vient chez vous acheter une BMW vous aurez l’avenir devant vous.