Archive pour mars 2008

pédophiles, chomeurs, consanguins, bienvenue chez les Ch’tis

Lundi 31 mars 2008

Retrouvailles aquatiques …

J’ai croisé Max tout à l’heure devant chez Greg. RDV après sa course et mon massage pour une bout sur le pouce.

Chez Greg je lisais debout tellement il y  avait de monde quand j’ai vu le Jal arrivé. Je l’ai à peine reconnu : tout à poussé : les tatouages, les cheveux, le bide …

Allongé cote à cote on a pu discuter une petite heure moi sous les mains bientôt expertes d’un deuxième année en stage qui a pris tout son temps avec mes jambes et Jal sous la fée électricité puis la fée Nadia pour un MTP de la fesse.

Un morceau happé au Poivrier (20 ans que je n’ai pas mis les pieds dans cet établissement…) avec Max qui nous a rejoint.

On a vu un Max prêt mais dans le doute et le soucis, ce doute et ce soucis que t’amène une douleur insidieuse. Je connais ce sentiment, toi face à des doutes mais surtout aux encouragements de tous qui te disent « ça va passer ! » Tu es entraîné, t’es prêt, tu vas faire du jus, tu peux te lacher pendant la course … et toi tu te dis que ça fais chier, que tu voulais courir différemment, partir différemment.

Max annonce Coco plus fort que jamais, plus prêt que jamais : voila nos deux gars avec une météo clémente qui se confirme qui devraient nous péter les deux premiers under3.

Il est temps : under3 va passer les 500 000 clics et toujours pas un chrono : on finirait par passer pour des gens qui ne sont pas sérieux !

Jal annonce une reprise de la course le jour symbolique du marathon : c’est la news du jour !

PS : patron d’agence cherche concepteur rédacteur de génie, aimant le football parisien, sens de l’humour douteux apprécié mais à corriger.

Sortie sans chrono

Dimanche 30 mars 2008

J’avais laissé mon Garmin allumé.

Bilan une sortie sans chrono qui m’a donné l’impression de courir dans le noir.

Je suis parti environ deux heures pour environ 20 bornes.

J’ai glissé un 3 X environ 3000, à l’allure, environ.

Le temps me gonfle.

J’ai croisé trois potes ce matin à des allures diverses, plus la vitesse est basse plus la puie est agaçante.

Une semaine de 80 bornes … j’aurais signé lundi dernier si j’avais su que je pourrais envoyer cela.

Ce kilométrage reste en dessous de mon idéal pour cette semaine que je voulais encore solide.

Je vais donc faire du kilométrage cette semaine, selon la météo qui s’annonce pas jojo et le boulot qui s’annonce lui assez intense.

Demain midi relever des compteurs chez Greg et séance de drainage, donc pas de course.

Reprise du programme mardi.

Yasso printemps 2008

Samedi 29 mars 2008

J’ai passé mon Yasso ce matin …

Je l’ai fait seul ce qui diffère du Yasso de groupe que nous avions fait l’année dernière.

Voila les faits :

2 55

2 55

2 55

2 54

2 53

2 55

2 55

2 54

2 55

2 56

2 57

Conclusions :

Je suis content c’est fait et bien fait et c’est plus rapide que l’année dernière dans des conditions de vent identique à celles de l’année dernière.

Je suis content du tir groupé : c’est ce que je voulais : pas d’amplitude mais de la régularité, un Yasso n’est pas une moyenne mais une aptitude à la résistance linéaire. L’année dernière j’avais oscillé entre 2 51 et 2 59.

J’ai néanmoins craqué sur la fin en perdant une seconde sur les 4 derniers : cosmétiquement j’aurais aimé que cela soit différent mais j’ai un déficit de puissance, je n’ai pas récupéré de mon soucis gastrique. Voila le message !

J’ai pris systématiquement moins de trois minutes de repos de récup trottée.

Je trouve cet exercice beaucoup plus facile psychologiquement qu’un 20 x 500 qui reste la pire des vacheries du plan ; toujours en solitaire.

Enfin je n’étais pas vraiment seul puisqu’il y avait une section athlé du Racing qui s’entrainait comme tous les matins à Colombes : des jeunes blacks, des gazelles, notamment une toute jeune qui alignait les 200 en 25′. Le temps de contact du pied avec le sol est infime, le rythme des bras trop rapide pour la rétine, les genoux montent haut : c’est beau, trés trés beau. Qunad toi tu es à fond au 600 ou 700 et qu’elle passe à coté tu sens le poids des ans, tu vois ceux qui sont doués.

J’ai discuté avec l’entraîneur : le 200 n’est pas sa spécialité : elle est coureuse de 400 haies d’où me dit il la qualité de sa fréquence. Elle est vice championne de France et l’une de ses copines aussi sur la piste aussi. 400 haies en 56 ‘ …respect !

Météo pour le marathon de Paris 2008

Vendredi 28 mars 2008

Sortie à 13 km/h : une heure pile poil.

Pas le temps de grand chose, pas de programme juste le souhait de tester un retour de la vitesse.

Départ Racing, cavalière, un tour de parcours sportif pour parfaire un échauffement sur du mou, puis direction hippo avec deux tours enchainés à 13.5 et 14.5 km/h et retour.

Beaucoup de vent comme souvent depuis qlq semaines, contraire à la côte comme souvent depuis qlq semaines, pas de pluie (pas encore !) comme rarement depuis qlq semaines : il faut quand même être motivé pour s’entraîner dans un tel temps !

Demain, devrait voir une sortie à « séries » et dimanche une sortie longue à intervalles : bref le retour aux affaires sur cette fin de semaine.

J’ai consulté senor météo pour le 6 et les prévsions ne peuvent être meilleures : pas de vent, trés nuageux mais pas de puie, une arrivée de soleil dans l’après midi et surtout des températures entre 3 et 11 ° dans la journée : vous allez courir à l ‘ombre, à la fraîche, bref à la cool : TROP FACILE !

Thierry Gilardi

Mercredi 26 mars 2008

Il y a deux posts, il y a deux jours ou presque, j’écrivais « week end porte ouverte » et j’évoquais un évènement « JONQUILLE » avec l’Institut Curie.

J’y avais rencontré Thierry Gilardi.

Quand le sms de Fab est tombé hier soir, j’ai pris un bon coup sur le casque.

J’aimais et j’admirais ce type, sentiments que j’avais renforcé vendredi dernier : life is a bitch !

Que sont mollets en quenouille et intestins en vadrouille ???

Pas grand chose !

Une seule certitude : carpe diem.

Aujourd’hui reprise d’un semblant d’allure : 7 bornes à 12.5 km/h : je suis vidé sans aucune énergie et ça va pas être facile de reconstruire. En tout cas impossible d’envisager des séances dures avant qlq jours , combien ?

De la courante à la courante

Mardi 25 mars 2008

Cherchez pas les 2500 tonnes de barbac avariée : c’est moi qui les ai bouffées !

J’ai fait tous les Monop de la RP, tous les Carrouf aussi, j’ai tout rafflé!

J’ai fait pété ma carte de fid et j’ai gagné un week end Pascal vissé aux WC.

Bilan à la pesée : 77.4 vendredi soir, ce matin 72.9 … Pas la peine de se faire chier (au figuré, le sens propre n’étant pas propre) à bouffer du Spécial K pendant 15 jours pour perdre 3 kilos.

J’en ai congelé, demain je lance ma marque en diététique, et mon produit vedette : le steack à chier !

Efficacité garantie !

Le problème c’est de se remettre à courir.

30 minutes de reprise au bord de l’hippo au bord de l’hypo (tu vois Greg que hypo ça prend un Y!).

Faut que je bouffe, mais j’ai pas faim !

Week end portes ouvertes

Lundi 24 mars 2008

Je m’étais concocté un programme solide pour ré-attaquer après une semaine trés light.

C’était sans compter un petit virus probablement attrapé lors du lancement de l’opération jonquille de l’institut Curie vendredi.

Déja dans l’après midi c’était moyen, le soir c’était broadway, et c’était parti pour deux jours tout feu tout flamme !

Si j’avais pu mettre un matelas dans mes toilettes je l’aurais fait. J’étais limite de mettre mon Garmin tellement j’ai fait d’aller et retour entre ma chambre et les toilettes.

Aujourd’hui je suis debout après avoir passé deux jours au pieu ; j’ai atteint les 39,6°, inconfortable pour un adulte de mon grand âge. Quand mes enfants ont 40 ils ont l’air normal.

Enfin j’ai fait du jus … je me suis vidé et je suis vidé : je vais donc devoir reprendre un tout petit peu cool : ce qui va finir pas faire beaucoup de cool …

Il est difficile de passer tout un entraînement sans soucis.

Bravo ton appropriation Seve : tu t’es réconforté et c’est bien. Tu verras que le 40° kilo est une autre aventure que le 30° … mais tu auras ta médaille !

Soignez vous les blessés et bon courage !

PS : « Je valide l’inscription de ce blog au service Paperblog sous le pseudo chaff ».

 

L’étoffe des éros

Vendredi 21 mars 2008

On peut compter sur Pignon de 14 pour parler lubrifiant ; son pseudo indique une science de la lubrification.

Prévention ou guérison ? Vaseline ou Biafine ?

Comment chosir … tout dépend de l’activité et des risques que vous faites courir à vos entrejambes pour reprendre les termes de Pignon.

Exemple, si vous nagez aujourd’hui à Cherbourg, je recommande la Vaseline. En container. Etre éperonné par le Terrible en pleine brasse peut provoquer des lésions terribles et irrémédiables ou conduire à l’usage de la Biafine pendant les 20 prochaines années.

N’aimant pas nager je vais me concentrer sur la course à pieds.

Je recommande de bien choisir ses vêtements et ses étoffes avant une course : éviter les coutures et tout ce qui frotte. Tout ce qui dépasse, frotte ! Donc vaselinez tout ce qui dépasse. La vitesse accroît le frottement et son intensité. Avec Jal on aime bien allez au stade quand les filles font des 200 ou des 300. « Elles roulent plein phare » comme disait Jal à l’époque lointaine où il courait. Ce n’était pas bien fin mais ça me faisait rire, ça nous faisait rire, ahhh ce bon sens de l’humour que l’on a après une série dure et un manque d’oxygénation du cerveau.

Ce qui dépasse est érogène, donc souvent érectile … Au début tout va bien, puis ça frotte sur ce qui dépasse, alors ce qui dépasse s’érige, et ce qui s’érige dépasse, et ce qui dépasse frotte!

Plus ça frotte plus ça s’érige plus ça dépasse et plus ça frotte !

Au début ça peut être agréable, au bout de 42 bornes on sait pas puisqu’on y arrive pas avec des tétons en feu depuis le 10 ° kilo.

Il y a mieux qu’une étoffe pour stimuler Eros.

Parfois ça dépasse pas mais ça frotte quand même : l’intérieur des cuisses et l’intérieur des bras sont à tartiner généreusement.

Max, bon courage pour la blessure … c’est quoi au juste ? Profites en pour faire du jus sans te transfomer en saucière comme Jal.

De mon coté un run rapide hier avec Ironbadd (le gars qui n’aime pas qu’on l’appelle Nicho mais que tout le monde appelle Nicho…) 3000 et 2000 à Longchamps : les deux sections faites à un peu plus de 15 km/h dans le vent mais sous des températures relativement clémentes versus ce qui nous attend ce week end.

Pour les blessés, je suis chez Greg mardi à midi pour une vérification des niveaux.

Bons runs Pascal (je t’expliquerai Jal …)

 

Running à Hyde Park : deux sorties !

Mercredi 19 mars 2008

L’heure de décalage permet de se lever tôt sans soucis, sans réveil.

Je m’attendais à une météo épouvantable … ce matin il faisait très beau, frais et un léger vent soufflait sur Londres.

Mon hôtel, miteux , est à 150 mètres du parc. Le millenium …hotel tristement célèbre pour avoir été le dernier lieu d’expérimentation sur l’homme de la découverte de Marie Curie … le polonium. J’espère que le lieu est totalement décontaminé.

Hier, un tour et quelques boucles pour une dizaine de kilomètres, un bain, des œufs au bacon et une journée de réunion 9h / 18h30 dans une salle de réunion aveugle.

L’attraction du jour : une sortie massive de la cavalerie royale qui ne doit pas s’appeler comme ça. Peu importe son nom, des centaines de cavaliers en grande tenue, défilant en peloton serré d’une centaine de cavaliers chacun. Impressionnant. Même les riches londoniens passant dans leurs Porsche ou eux aussi à cheval de bon matin étaient impressionnés.

Aujourd’hui 14 kms soit deux boucles. Il était un peu plus tard et les coureurs étaient moins affutés. Vanessa pourrait commenter le population du week end … en semaine j’ai pu voir pas mal de coureurs boucler leur entrainement pour leur marathon : one month to go !

 

Deux sorties à la cool, deux sorties de récup, deux sorties de semaine 4 avant le retour aux affaires et aux séries plus sérieuse. Pas désagréable !

Sur entrainement

Mardi 18 mars 2008

Trop ou trop peu d’entraînement ?

 

Une journée de récup et le post d’un nouveau poster valent bien un post pour cette vraie question.

Bienvenue Benoit !

Pour conclure avant de commencer, y a-t-il une réponse générale à cette question ?

La réponse est individuelle !

Le feeling doit être et rester un guide quant au sur-entraînement.

Je continue à penser que le bon entraînement est celui qui conduit à flirter avec la blessure, avec la surcharge. S’engager dans un entraînement à la cool sans approcher cette sensation ne me semble pas optimal.

Les sensations de Max et les miennes, cette perception de fatigue sont donc pour moi les bonnes.

En revanche, d’où l’individualité de la réponse, Jako a gagné en s’entraînant moins : c’est en tout cas sa conclusion et les résultats sont là pour le prouver. A-t-il gagné en réduisant le kilométrage ou en adaptant son entraînement à sa vie quotidienne.

105 kilos pour une semaine, c’est lourd mais je continue à affirmer que Max passera largement sous les under3.

Il me semble en outre important de répondre à cette question à l’épreuve du temps et des succès ou des échecs passés.

Exemple : si je cours régulièrement en 3h10, si je stagne ou si je n’arrive pas à descendre, que dois je faire pour m’améliorer ?

A moins de remarquer des déficiences nettes dans l’entrainement (ce qui est improbable pour la majorité d’entre nous puisque nous suivons les plans des pros), il faut changer quelque chose.

Je vois deux choses à changer : le poids et le kilométrage.

De mon coté, j’ai choisi. J’ai bossé le poids en étant maintenant à 76 kgs le matin (vs plus de 81 début janvier) et fait basculer la masse graisseuse de 19,5 en janvier à 15 aujourd’hui. Coté poids, je n’irais pas beaucoup plus loin. Il est évident qu’un poids optimal limite les risques de blessure, limite la fatigue et favorise la performance. Le perte de poids permet l’augmentation du kilométrage.

Au moins autant que le poids le travail sur la masse graisseuse est clef.

Reste le kilométrage : je ne fais pas plus de séance dures mais je pousse les performances vs l’année dernière en revanche la différence se situe dans plus de séances de récup à savoir plus de séances (au moins une ou deux par semaine) à 10 km/h. J’avais l’année dernière tendance à ne pas faire deux séances dures de suite et ainsi à sauter une journée. Cette année je ne saute pas, je cours doucement. Cela donne des tunnels avec 10 jours de suite la semaine dernière et du kilométrage.

Je vois en outre trois choses à soigner : le stress, le sommeil et l’alimentation.

Le stress nous n’y pouvons pas grand-chose … chacun son TAF, sa vie … je pense que les brokers de la SG ne vont pas faire un super temps cette année … Gros kilométrage et fort stress ne font pas bon ménage.

Le sommeil … là on y peut tous quelque chose. Dormir est clef non pas seulement pour se reposer mais aussi pour favoriser les cycles de récupération.

L’alimentation : se bourrer de toxines est facile. Manger des aliments triés et choisis pour leur vertu aide aussi à soulager l’organisme donc à lui permettre de charger plus. C’est simple au petit dej, simple au resto, finalement simple. L’eau est un élément clef. Boire 3 litres par jour est certes la certitude d’une certaine servitude mais une chose est sûre : ça lave !

 

Je suis donc en faveur du kilométrage … maximal … optimal.

 

12