Archive pour mars 2007

marathon en moins de 3 heures …

Vendredi 30 mars 2007

Après cette séance les choses s’éclaircissent.

J’annonce Max en moins de 3 heures ; j’en fait même mon favori. On le savait, le gars avait du potentiel, il y avait longtemps que je n’avais pas couru avec lui. Aujourd’hui j’ai couru avec lui pendant 16 x 400 puis j’ai couru après lui.

Pal est d’accord avec moi. Jal aussi.

Jal a trouvé un travail ; il est donc arrivé en retard et reparti en avance pour sauter dans une nouvelle réunion à 19 H 30. Après deux ans de Club Med c’est le moment de passer sous les 3 heures sinon ce sera au mieux l’année prochaine. Tout jouera dans la tête car il est prêt, prêt à aller chercher les 2 57. 3 minutes de marge c’est tout bon. J’observe quand même que le Môssieu c’est fait poser par deux gars qui couraient des 200 en 25 sec : vite vite vite.

Yann est prêt. Bonne série de 400 avec un finish en 1 20 probablement. Vous pouvez commencer à comprendre qu’une fois de plus j’ai fait dernier dans la dernière… Les perfs vont s’améliorer sévèrement coté Breizh.

De mon coté je suis mieux que jamais. Une grosse série ce soir avec le premier 400 en 1 29 et les 19 autres stables, la plupart et en tout cas les derniers en 1 22 et qlquns en 1 23 1 24. 1 30 à 1 50 de récup au trot. C’est une séance que je n’aurais pas faite avec cette intensité l’année dernière.

Donc je suis prêt et confiant pour les moins de 3 heures : j’ai fait ce qu’il fallait, ça doit passer, en fait ça passera si ça peut passer.

Reste l’aléas du temps. J’ai un mauvais feeling météo…

De toute façon, c’est comme les élections, il faut que ça  arrive parce qu’il y en a marre. J’ai envie d’en découdre, de porter le dossard et de m’élancer.

Les 15 jours qui viennent vont être ultra tendus en terme de boulot ; il faudra pourtant se reposer.

Les repet successives de finish du marathon semble plaire à tous pour dimanche. Coco peux tu préciser la séance en terme de découpage … échauffement 30 + 4 x 20 + le tps de retour 4 x 15 + la recup 15 … ça nous fait prêt de 3 heures : tu vois ça comment ?

Par ailleurs le mieux serait de commencer plus tôt (bien que j’ai une soirée la veille) pour préserver un déjeuner dominical joyeux pour nos supporter préférées.

9 15 ?

Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt et under3 on s’en fait tout un monde.

Mort de fatigue

Jeudi 29 mars 2007

J’avais pas bien saisi ce qu’était le marathon des Sables.

François avait été discret, fidèle à son habitude. J’avais, en m’y intéressant plus cette année, vu que cela ne me tentait pas. Avant tout pour le camping, le coté camarade de tente, « ton ampoule toi ça va, ouais… mais j’ai mal à l’ongle, olala moi j’ai les couilles en feu, hé t’as du PQ ….? « .

Quand je vois les temps de Jaja je trouve que cette épreuve ne porte pas bien son nom : le marathon est une course de vitesse et d’endurance. Le MDS n’est ni l’un ni l’autre.

Certainement pas une course de vitesse quand on voit la moyenne de Jaja qui se classe dans le 1° 1/3 à peine plus de 6 à l’heure. Les moyennes des derniers, et ils sont nombreux sont à à peine plus de 3km/h ???

Certainement pas de l’endurance quand on voit un mec comme Chauvelier abandonner et ce brave type y laisser sa vie. Ce n’est donc pas de l’endurance mais de la résistance extrême.

Je pense cette course ouverte à ceux qui ont un compte à régler, avec eux même avant tout, avec un marathon raté, avec une épouse infidèle, avec un chômage de trop longue durée, avec un embonpoint tenace …

Je compare cette épreuve à ce qu’a fait M Fontenoy. Comme le dit Luc Vandenede (orthographe à revoir) ce qu’elle a fait n’a pas de valeur sportive mais vaut cher en tant que dépassement humain, force de caractère … bla bal bla.

OK, faut du mental. Mais se faire autant chier dans une prépa aussi longue pour si peu de résultats sportifs … what ‘s the point ?

Outre ces considérations je suis choqué que cette sympathique bande d’allumés du désert observe une minute de silence et … c’est tout !

Le décès d’un coureur au tour de France à une autre gueule, la perte d’un marin en mer aussi etc … C’est sûrement différent, je l’espère, sur le terrain. En tout état de cause la communication sur le site est minable.

C’est dit ! et encore je me suis limité.

Au titre des divers :

on va se faire un bon run à Quiberon voire même une bonne bouffe et bon coup de pif.

Max, je suis ton sparring partner si tu veux pour les 20×400 tardifs vendredi soir

Je suis forfait pour le marathon de NYC : je vais envoyer mon annulation demain. Bcp trop de boulot en ce moment et cela va aller croissant (si tt va bien …), pas envie de replonger dans un entraînement marathon alors que je n’arrive pas à faire celui la comme je le voudrais, envie de progresser en vitesse, envie de m’éclater plus souvent sur plus court …Next one : London 08.

Dernière sortie longue

Jeudi 29 mars 2007

Dimanche se profile la dernière sortie trés longue, trés intense versus la dernière avant la course qui sera déja un long repos.

Pour ma part cette dernière se fera à Quiberon, week end de Pâques oblige.

Je vous propose que nous la fassions tous ensemble dimanche au moins au départ.

Compte tenu de la diversité de nos entraînements nos finish de SLBB seront peut être différents.

9h45 au gros arbre nous permet de placer 2h15 voire 2h45 pour les plus longs sans empiéter sur le dej.

Je ferai bien une montée directe au Parc de Saint Cloud, bonjour à la Coquette, retour vers l’hippo, flirt sur la droite, contact avec le virage marathon de Roland, accélération depuis là jusqu’au bas de l’Avenue Foch via itinéraire marathon. Ce dernier tronçon à allure marathon puis cool down. La répet parcours marathon à allure est une idée du Jal qui me semble intéressante.

Hier soir à la fraîche et à la nuit une heure de course, départ 9.5 km/h avec le coeur à 155 puls … une journée non stop, lunch compris, de réu en anglais …ça pèse.

10 min plus tard vitesse moyenne en hausse 10.2 et coeur à 126 ; je me suis purgé, vermifugé, nettoyé …

Au final 10.75 kms en 1 heure pile avec une bonne accélération dans le dernier kilo.

Je flanais ce matin tôt sur Darbaroud pour m’apercevoir qu’on avait perdu Jaja : des nouvelles Coco ? Les 200 premiers sont classés mais pas de Jaja, ni de Chauvelier d’ailleurs. Ni l’un ni l’autre ne sont parmi les abandonnistes. La moyenne du 200° est autour de 5 km/h. Comme dans un marathon classique il y a les runners et les finishers. Force est de constater que l’épeuve est dure et qu’elle ne compte que qlq runners, des locaux,  pour beaucoup de finishers et pas mal de « quiters »

 OK pour les 20 x 400 vendredi mais quand, avec qui ?

Les négresses vertes

Mardi 27 mars 2007

Voila l’été, voila l’été, voila l’été éé…

Extraordinaire séance ce soir après le boulot.

Départ après le boulot, au grand jour, pour un 3 x 3000 re-customisé.

25 minutes d’échauffement dans le bois, à la fraîche tout en étant en tee-shirt. Nous commençons à sentir les températures douces de l’été qui s’annonce mais dans les sous bois nous traversons encore de bonnes zones de fraicheur, à l’abri des arbres.

Visiblement les manchons booster gris et oranges, assortis au short font de Jal un mets particulièrement apétissant pour les trav des travées. « Tu es mignon » entend on sussurer à notre passage.

Après 25mns nous atteignons l’hippo (c’est une série : deux fois de suite bien écrit!).

Je pars avec le coeur à 152 alors que nous sommes à 10 km/h, après l’échauffement je me balade sous les 130. La course de décompression. C’est rassurant pour mes employeurs de savoir que mon coeur bat plus vite au boulot qu’en course.

J’ai encore dans les jambes les 45 kms du week end et notre final en explosion.

Nous avons décidé d’enchainer trois tours, à allure, avec 2 mns de pause.

D’un 3 x 3000 nous allons faire un 3 x 3500  avec de la côte et  ce sol si particulier.

Les costauds sont là à vélo. Pas le peloton du dimanche massif et compact mais un peloton étiré rappellant les arrivées au sprint des étapes du tour ou des classiques. On parle peu. Nous entendons de les cyclistes fendre l’air et fondre dans notre dos. Assez impressionnant ce soir.

Nous partons cool ; nous passons le premier 2000 avec un peu d’avance que nous gardons dansla côte, pas de relance dans la descente pour un temps final en 14 47. Le tour est passé facilement.

Comme dirait Jal, le second est le plus dur. Forcément nous partons sur des bases plus élevées et le coeur, avec deux minutes de pause retrouve assez vite ses niveaux de fin de premier tour. Nous passons les 2000 en 8 12 pour finir en 14 24 avec une relance dans la descente. Etonnament nous sommes groupés, je touche parfois les pieds de Jal en allongeant ma foulée. Pas de frayeur cela dit.

Il y a du monde, il faut un peu zigzaguer. Des flaques d’eau sont toujours là mais moins importantes que celles de dimanche et descendre sur la chaussée demande des précautions. Pas facile de se retourner confort à cette vitesse. N’est pas Benoit Z qui veut.

Nous repartons pour le dernier tour. Plus vite. Nous passons les 2000 sous les 8 pour finir de mon coté largué dans la côte par Jal qui me met une dizaine de secondes. Battu donc mais battu aussi le record du tour pour moi en 13 58. Une seconde de mieux. C’est passé « relativement » facilement, n’étant pas parti pour cela.

Nouveau tour de l’hippo en recup et remontée par l’allée cavalière vers le Racing. Jal affole encore les trav. « Tu veux un calin », non je suis sale repond il, « c’est pas grave! ». En récup à 11km/h, les échanges sont brefs.

Au total nous aurons fait 19,5 kms donc 65 kms en 4 jours comptant la pause de hier.

Je sens les jambes qui chargent.

Il fait encore jour et nous savourons deux énormes grappes de raisins offertes bien à propos par des petites blacks généreuses.

Douce galcée pour finir et chaussettes de récup là dessus et c’est reparti pour un tour.

Séance cool visiblement à Suzie ; Breizh c’est pas l’absence de course à pied qui fait battre le coeur plus vite c’est la période de sevrage de rhum.

Marathon des Sables

Mardi 27 mars 2007

Vous le savez ce n’est pas une épreuve qui fondamentalement m’attire.

Je n’aime pas le camping ni les villages de tentes.

Forcément, je m’y intéresse.

Je suis frappé de voir la vitesse de course des gens.

Les moyennes sont franchement basses, trop basse pour moi.

Il y a un wagon de concurrents sous les 5 kms : rando-raid ? non rando rando.

Pas d’arrogance !

Quand je vois un Jaja monter avec une foulée alerte la côte des Gardes et parallèlement les moyennes qu’il fait même pas 7 à l’heure, je me dis que c’est du gâchis.

Ou alors la difficulté est ailleurs. Et j’en vois certaines.

43° !!! C’est pas du sport, pas de la course, pas de la glandurance, c’est du sauna et c’est une température extrême qui ne permet pas de s’exprimer. De la résistance en conditions extrêmes.

Des sentiers caillouteux trés étroits avec des centaines de blaireaux devant toi, cf les photos : on ne peut pas doubler. Sur certaines photos on dirait une randonnée du CE de la RATP.

Pour revenir sur les vitesses il est intéressant de voir que Remond ne perd que 30% de sa vitesse vs marathon pour frôler les 12 (il a pris cher dans la 2°) alors que Chauvelier s’effondre. Intéresant à suivre dans la durée.

On doit pouvoir y voir un bon entraînement spécifique du Jaja qui se situe entre les 2 en terme de décote. Son classement montre qu’il est bien entraîné et ça va monté !

Il leur manque néanmoins la connaissance du terrain, l’abileté à courir sur des sols défoncés, sous de grosses chaleurs, avec de grosses pompes.

Ce qui me tente en revanche ce sont les paysages, le descriptif des étapes … bref je louerai bien un 4×4 une semaine pour aller faire le con dans les dunes.

Course ce soir : 3 tours d’hippo (YES !) vers 19h00, à allure ++.

course dominicale

Dimanche 25 mars 2007

Sympa !

Ce matin à 10h00 tout le monde était là ; Martin Chouchou et moi arrivant qlq minutes en retard (Putain les Marseillais au réveil …)

Vanessa alias Vanessa, Greg et son fils alias ram ram, Stéphane alias bibi et Alex alias Jal.

On se connait tous bien mais on se connait tous mal.

Les premiers mètres sont cools, les filles ensemble les gars font connaissance. Direction l’hipo.

Point de coté pour le fils de Greg qui nous lâche un peu avant l’hipo ; pas évident de courir avec un troupeau d’adulte. La prochaine fois j’amènerai Jules.

Dans la descente on perd Chouchou, pas remise des 2 heures moins des brouettes de la veille. Direction la voiture, l’autoradio et son bouquin.

On enquille à gauche direction Marne la Coquette via le Parc de St Cloud. T’inquiète pas Vanessa, ça monte pas tant que ça. Martin sue déja à grosses gouttes. Les croutes de la veille témoignant de son exploit et décorant ses tétons et testicules commencent à céder. Pourtant je lui avais ce matin offert un tube de NOK.

Montée tranquille dans des sentiers assez boueux. Les rythmes cardio diffèrent. Nous nous étalons de 190 à 130. Petite explication entre Jal et moi dans le dernier raidillon. La routine, je pars devant et je me fais déposer. Steph arrive en 3° position, bon train. Martin atteignant les 198 puls dans la côte réussi à poser Greg. Vanessa ferme la marche, au contact.

Petite pose, désaltération en haut avec les boutanches du Jal, toujours pas de robinet là haut.

Ambiance cross, nous repartons. J’avais oublié de préciser que la descente commençait par une montée dans les bois, on atteint le point culminant, les cardio retombent et nous descendons trés cool vers Paris.

Vanessa montre des signes de lassitude, nous la raccompagnons au métro de la Porte de Saint Cloud ; une variante pour nous, pas de retour passerelle cette fois ci.

A dimanche prochain Vanessa! Bravo pour ta course. Pignon, t’étais où ; tu as manqué à Rookie.

Retour vers l’hipo en traversant Boulogne.

Il y a une 1h30 que nous courrons. Greg court depuis bcp plus longtemps et prend la tangente pour rentrer vers le Pont de Neuilly. Record battu pour lui en terme de kilo et de temps. C’est tout bon,  dos ok, vive la sieste !

Martin engage un tour d’hipo à la cool.

Jal me propose un 10 k à allure marathon pour finir. Steph s’élance avec nous.

Nous bouclons le premier tour en 14 55, le 2° en 14 58 et le 3° que nous terminons avant la côte pour faire 10 kms à la même allure. Mission accomplie.

Steph sur un objectif 3 45 au marathon tourne à son allure.

On a doublé Martin dans le dernier, nous l’attendons et remontons cool vers la voiture.

Stop à la buvette, Ice tea / Evian : c’est bon !

Stop au parking un peu plus de 2 h 30 de course pour un peu plus de 25 kms. Mission accomplie. De mon coté avec les 20 kms de hier cela me fait encore un week end à plus de 45 kms.

Nadège est sage dans la voiture.

Retour au bercail, deux bouteilles d’australien et un petit D4 de Partagas pour écrire ce post : la belle vie!

C’était sympa de rencontrer tout le monde et cette sortie est passée trés vite.

Bravo au Nogent guys ça avait l’air sympa, à mettre sur nos tablettes. Coco t’es à 6 sec de moi : ça fait 12 au marathon : à ce train là , j’espère que tu seras sous les 2 59 45 en avril.

Club de rencontre

Samedi 24 mars 2007

Auourd’hui petite sortie en famille : Martin et Chouchou ont découvert l’Ile Marrante. ON était parti pour 1h30 et 15k, on a perdu Chouchou. Martin m’a suivi pour la retrouver ; au final 1h50 pour Martin, 1h30 pour Chouchou et 1h56 pour moi.

Ok demain pour 10 00 au gros arbre. Pour les rookies le gros arbre est un cèdre qui se situe antre les deux lacs au niveau de la porte de Passy.

Si tout le monde n’est pas là à 10h00, nous descendrons vers l’hipo et nous tournerons dans le sens des cyclistes, donc dans le sens inverse du Galouzeau. Les retardataires, vous pourrez tourner dans le sesn inverse des cyclistes.

Greg je te reconnaitrais, Vanessa on devrait se reconnaitre : nous devrions être 4 avec Martin Jal Chouchou et moi. Stéphane idem.

Ok pour 2h45 demain, version lente à 10km/h, comme aujourd’hui.

Bonne course pour les dossards de demain.

Je vais essayer de me faire duppliquer une carte SIM pour remettre la main sur un portable dès ce soir ; sinon le blog est mon seul moyen de communiquer à part ma ligne perso à Colombes, je suis dans l’annuaire.

Bonne soirée à tous, pensée pour le Jaja qui doit avoir bouclé sa première sortie.

A demain, ce sera sympa à défaut d’avoir une météo clémente.

Putain de semaine !

Vendredi 23 mars 2007

Lundi : AR au UK avec retour direct à l’hosto.

Mardi : en direct avec l’hosto, récup de la belle mère, live avec le pédiatre, libération du Polo par les services hospitaliers vers 17 h 00. J’annule mon second voyage prévu au UK. Je cours quand même une heure autour de l’hippo, histoire de décompresser.

Mercredi : Yasso, la course reprend ses droits.

Jeudi : une journée de boulot centrée sur la compet Abbé Pierre : la collecte de fond est en jeu pour nous et pour cette association qui s’occupe entre autres des SDF.une petite heure en nocture autour du Bois, apéro chargé le soir et dodo vers 00h30.

Vendredi : 05h00 : Bonjour Louise ! Visiblement ta nuit est finie, ok, la mienne aussi ! Départ vers l’école à 08h00, merde, je trouve pas mes clefs, merde,je trouve pas mes téléphones, merde, je trouve pas mon portefeuille, merde on a été cambriolé dans la nuit. Matinée d’opposition bancaire, téléphonique. Quand tout est opposé on retrouve mes clefs dans un pot de fleur et le contenu de mon portefeuille au fond du jardin, too late ! 12h00, les flics, « on a pécho un roumain avec vot téléphone M’sieur ». Ok ok direction le commissariat pour l’après midi, identification, PV et demain si vous le voulez bien le tribunal pour témoigner contre mon roumain, le SDF, connu des services de police et de l’Abbé Pierre : le monde est petit !

Donc ce week end ce sera peut être mieux !

Demain je run cool et dimanche je run 2,5 heures. On se voit pour les présents à l’hipo : plus de détails horaires à venir demain.

Bon week end les runners

So far Polo est au top !

sur quel pied danser ?

Mercredi 21 mars 2007

J’ai des envies contradictoires ce soir, des envies de forme contradictoires, des envies de fond contradictoires.

Je commence pour Max Coco Jal que j’ai vus à midi par dire que Polo est ok, pas vraiment en fait, mais à la maison, avec soins à domicile pour l’instant ce qui est mieux que l’hosto.

Je poursuis en disant que je regrette la couscous party proposée : j’aurais bien fait la course avant la course avec le Jaja avant qu’il ne parte pour les dunes. J’ai bien aimé notre run commun et j’avais envie d’approfondir ; on refera ça à Quib un de ces jours!

Place à la séance du jour. J’avoue l’avoir commencée sur la réserve, après une semaine lourde, un week end vraiment lourd et une sortie hier de une heure dont un tour d’Hipo en 14 30. J’ai ramé à l’échauffement.

J’avais pas la tête à ça et c’est bien la première fois que je m’échauffe avec mon portable et fais un point santé du Polo avant de m’élancer pour la série.

Coco et Max étaient partis en éclaireurs pour la séance du jour. Une répet de 800 m. Heureusement pour Jal et moi nous sommes arrivés tard et nous n’avons pas été victime de Martin Gérard un commercial qui vend des Yasso de contrefaçon en ce faisant passer pour Gérard Martin. Les pauvres malheureureux ce sont fait refiler un 8 x 800 !

Ils sont allés bon train.

16 km/h c’es rapide ça se voit à la foulée, Coco menant la danse et donnant une impression de vitesse, max donnant une impression de décontraction. Coco + ou - 5 mètres devant. C’est marrant, sans jugement de valeur, de voir deux coureurs aux potentiels proches avoir des foulées aussi différentes. Idem pour Jal et moi sauf que là j’étais 15 bons mètres derrière ne dégageant probablement ni vitesse ni décontraction.

Sérieusement les gars, qu’est ce qui vous a pris d’arrêter au n° 8 ce putain de test de Yasso dont on parle à longueur de blog, vous étiez bien en plus. Pourquoi vous en coupez 20%, vous avez l’intention de vous arrêter au 34 ° le 15 avril ? J’ai pas compris mais vous allez m’expliquer. Surtout que vous voulez faire votre semi à la cool !

De notre coté on a fait 3 x 800 à 4, j’ai suivi Coco le métronome et son bip à 22sec tous les 100 mètres : ultra confortable, je ne me suis préoccupé de rien, j’ai engagé et c’était tout bon. merci pour l’allure Coco!

Je laisse ma montre à Coco pour un réglage de bip toutes les 22 sec à mon tour ; je démontre ainsi mon appétit pour la connaissance approfondie du Polar … même pas foutu de régler un bip!

Pendant ce temps Jal nous met régulièrement 10 mètres et je me dis que sans Coco et Max je vais me taper la séance tout seul. Le bougre est comme d’habitude en forme !

Je fais mes trois premiers 800 en 2 56 / 2 57 calé derrière Coco. Je continue sur cette lancée avec la technique habituelle quand je cours avec Alex. Sur 800 je lance les 3 premiers 100 mètres, je me fais poser dans la deuxième ligne droite et après je sers les dents pour tenir.

Avec le relais du bip c’est plus simple. On enfile les 5 premiers sans soucis majeurs mais de mon coté avec la sensation que 10, c’est long.

Je m’accroche, je pense à Polo.

Nous buvons un coup au 5° sans pourtant alonger le temps de récup, trois minutes. Le 6° sera le plus dur, est ce le fait de devoir relancer la machine? Je boucle en 2 59 à une seconde de la correctionnelle psychologique. Aux 700 je me suis arraché vent arrière pour tenir dans les 3′.

Vent arrière, oui, car aujourd’hui, il y avait un bon vent, vent frais vent du … midi ! Au 200° et au 600°, pan dans la gueule à Jean, pan sur ton nez, coincé comme un rigadeau dans la vase !

7° et 8° sans histoire, back to 2 56 avec un ciel qui s’assombrit et la sensation du vent qui se renforce.

9° et 10°, nous sommes sous la grêle, ce n’est plus une impression, le vent est monté d’un cran. Eole la Tafiole, nous aussi, on peut monter d’un cran, tu veux jouer ? 2 55 dans l’avant dernier, 2 51 dans le dernier. 2 44 pour Jal dans le dernier alors que je l’emmène sur 350 mètres vraiment vite. Il passera le 400 en moins de 1’20 me dira t il, j’étais pas trop loin.

Comme on en discutait avec Jaja dans le bois de Meudon … nous voila bien avancés. La seule chose que me vient à l’esprit c’est « so far so good ».

On a fait le Yasso, on a été reçu, nous sommes donc apte à prétendre être under3. Nous sommes peut être prétentieux … reste qu’aujourd’hui n’est pas le 15 04 mais c’est bon pour la confiance.

Mention pour Barbie qui a acquis une telle vélocité qu’elle à l’air de marcher à 12 km/h ; Barbara soit gourmande, éclate toi au marathon, laisse parler tes jambes !

Je n’ai pas eu le temps de manger à midi, je suis arrivé à l’agence pour une réunion sur Glenfiddich : dur métier ! S’enfiler un verre de whisky après un Yasso et un dej sauté c’est un peu rude pour la récup. Mais … j’avais pris le temps d’enfiler mes nouvelles chaussettes de récup.

Le problème c’est qu’un des créa m’a traité de beauf car j’avais des chaussettes blanches … il n’y avait qu’une couleur ! C’est un bon achat, j’ai le mollet gaillard ce soir. Planet jogging a comencé sa distribution de tee shirt Odlo orange pour le marathon ; allez vous servir, c’est de la bonne came, pas bien jolie, pas bien discrète mais comme sous vêtement techinque c’est bon !

 

 

 

Moment de vérité

Mardi 20 mars 2007

Moment of truth comme nous disons à longueur de journée dans notre cher métier de conseil …

Jaja tu en vis un …

J’aime ce concept du pépin de dernière minute, il arrive toujours, il fait monter l’adrénaline, il rappelle que quelle que soit la qualité de l’entraînement, tel l’alpiniste tu restes suspendu à la qualité de ton mousqueton. De mon coté, j’avais été malade à 4 jours du départ de Paris l’année dernière …

Voila mes conseils de dernières minutes.

Fondamental : emmène une mignonette de Calva, de Whisky … de ce que tu aimes. C’est quelques grammes ces quelques grammes, ils te supporteront car tu sauras que tu peux les ouvrir, un soir, lors d’un coup de mou. Tu pourras célébrer tous les soirs tes victoires du jour, tu pourras peut être remonter le moral de qqn et qui sait tu pourras aussi relancer un feu, désinfecter une plaie … vas pas gâcher quand même !

Avec tes chaussons d’hotels pense à la robe de chambre. L’élégance est clef !

PLus sérieusement pour ton sac : change le !

Achète le même si tu veux mais ne pars pas avec un truc qui va te pourrir ta course. Pètera, pètera pas voila ce qui va t’empêcher de te concentrer sur ta course, d’en profiter. Si tu es un bon couturier tu ne t’enlèveras pas les doutes. Et si ça pète tu ne vas pas bousiller tout ton entraînement pour une couture.

Imagine … un marin partirait il en mer pour une régate, un tour du monde avec une voile rafistolée ? Moi pas.

Prend la bonne décision dans ce moment de vérité !

Mieux vaut tard que jamais …

De mon coté après mon post écourté hier au Starbucks, je suis rentré vite fait de Londres, pbs persos comme on dit.

Aujourd’hui out, demain faut voir selon la nuit.

123