Archive pour août 2006

Pan ! Dans la gueule à Jean !

Jeudi 31 août 2006

Un jour sans !

Le genre de jour qui ne doit pas coïncider avec le jour J.

Deux séances lourdes de Compex, un grand pot de thé avalé durant la matinée et … 90% de la FCM en enfilant mon short !

Bref un jour sans, sans commentaire.

Compex sans complexe

Jeudi 31 août 2006

Hier pas de course ! Comprenez hier je n’ai pas courru et j’ai eu une journée menée au pas de course.

Avant hier nous avions tourné sous la pluie, doucement pour moi. Je ressentais un certain manque que j’ai comblé en regardant vaguement Kho Lanta et l’île de la tentation… avec mon Compex.

C’était la reprise Compex : je n’avais plus eu les électrodes sur les cuisses depuis la récup du marathon de Paris.

C’est trés particulier et je me rends compte que là aussi il y a une notion d’entraînement et de progression. Je me souviens des charges (des décharges plutôt) que j’étais capable d’encaisser juste avant le marathon et … j’en suis loin.

Bon pour faire bien les choses et à défaut de pouvoir être ultra intense j’ai fait dans la durée : 55 minutes d’endurance, 35 mns de résistance et 25 mns de force explosive.

Je n’avais jamais fait ce dernier exercice et je crois que je ne le referai pas : de longues plages de 15 sec de calme et tout d’un coup une décharge trés violente tétanisant immédiatement tous les muscles des cuisses. C’est violent , tout le corps fait un bond ! Trop violent.

On pourra dire que la course à pieds, quand on voit ces extrémités, rend con. Cela rend quand même moins con que de regarder la TV : Kho Lanta passe encore (c’est vraiment bien fait et bien réalisé) mais l’île de la Tent vraiment profondemment abêtissant. J’ai craqué après le premier « feu de camp ».

Hier soir j’ai remis ça : 55 mns d’endurance et 35 de résistance. Encore moins capable d’encaisser un programmme intense car mal aux jambes de la veille en souvenir de mon épisode force explosive.

Aujourd’hui je cours au bois autour de l’hippodrome : une heure à 85 % de fcm ce qui devrait donner 4 tours à 14 km/h. Le tour en +/- 15 mns : faisable !

Under 2

Mardi 29 août 2006

100cm500_zoom.jpg

C’est la fête à la grenouille

Mardi 29 août 2006

Aujourd’hui mardi 29 octobre, ok août, il pleut. Comme vache qui pisse. Et « quand vache pisse, grenouille fête ! » comme aurait pu le dire Jean de la Fontaine.

Et oui, Jean de la Fontaine de son vrai nom Jean Martin était marathonien. Faut dire que né à Chateau Thierry y avait pas grand chose à foutre …

Et c’est en fractionnant dans les près que par une belle journée de fin août (dans le genre de celle d’aujourd’hui) en 1640, à 19 ans il conçu sa première fable : l’escargot et la vache. Cette fable est restée inédite.

Toute son oeuvre est ésothérique à qui sait la découvrir. Par exemple : « rien ne sert de courrir, il faut partir à point », souvenez vous le lièvre et la tortue …

La tradition se perpétue et ses descendants honorent dignement leur aieul notamment le petit Gérard qui continue 4 fois par semaine à dire des fables à tendance SF à qui veut bien les écouter: « Jalleau tu vaux 2h30 sur marathon … »  l’ancêtre aurait complété d’une morale bien sentie « quand les poules auront des dents ».

Bref

On c’est fait chier sous la pluie, Eric 4 x 1500 idem nous hier, Fab une petite série de 1000 pour la reprise et François en pyramide, la spéciale GG de la fin août. De mon coté 65 mns linéaires sans passer les 130 puls.

 

tes tendons dans tes couilles

Mardi 29 août 2006

Lu ce matin dans le parisien …Thierry Henry a fait congeler des cellules souches issues du cordon ombilical de son bébé.

1675 € … bien plus cher que chez Picard mais le surgelés à ce prix reste abordable. Ne pas oublier d’aller à Liverpool.

Pourquoi ?

Ces cellules peuvent soigner les blessures du père : elles peuvent en effet construire toutes les autres cellules du corps humain donc les sportifs congèlent pour pouvoir demain soigner des blessures aux tendons, ligaments et autres … IL paraît que Rod Stewart l’a fait aussi.

Pour moi c’est baisé je ne compte pas en faire un 7°, Jacquo j’ai des doutes … mais vous autres Messieurs, à vos femmes pour le bien de vos tendons : objectif under 3 over 50.

C’est parti !

Lundi 28 août 2006

Nous sommes partis sur des bases excellentes mélangeant précaution et précision.

30 mns d’échauffement avec Philippe, qui n’avait pas courru depuis deux mois. Problème de mollet. C’est utile le mollet dans la course à pieds.

Pour jalloach et moi même du 4 x 1500 avec pause de 3 mns en petites foulées. Objectif seuil c’est à dire entre 90 et 95 % dela FCM.

Globalement on part à 120 de FC, 140 au premier 100 puis assez vite entre 160 et 170. L’idée : ne pas passer les 170 ! (sauf pour le dernier 200 du dernier 1500 où a fini à 18km/h et 182 puls pour moi)

On a fait les runs aux alentours de 6’15, un peu plus un peu moins donc on est dans les clous pour la vitesse marathon ; mais il y a peu de marge.

On a la sensation de pouvoir accélérer à tout moment et on peut parler. L’effort est intense mais on est pas dans le rouge. C’est la définition du seuil : tu passes le seuil tu prépares ton deuil de l’under 3.

Le pb de la séance c’est que c’est long : 10 mns grosso modo le module, il y  en a 4, plus échauffement et retour au calme : vraiment long! Au total 14.5 kms…

Alexia nous a proposé de modifier les recettes en vue de la prépa : double dose de saumon par exemple pour les protéines … et la prochaine fois on teste les méditéranéènne : du poisson et pas de matières grasses.

Pas de gainage aujourd’hui !!!

I’m running in the rain, just running in the rain

Lundi 28 août 2006

Aujourd’hui c’est la rentrée, le grand jour, c’est parti.

Moi je redouble. Je suis carré. Deuxième prépa Chicago pour tenter d’intégrer l’élite : under 3.

Commencer sous la pluie c’est bien : c’est pas des vacances. Entraînement pluvieux, marathon heureux !

On commence par un 4 x 1500m allure marathon vers allure semi.

Je suis cassé après mon déménagement ce week-end ; j’ai charrié des tonnes de bouquins, de caisses de pinard : j’ai les reins dans le sac. Presque envie de m’étirer … en même temps la fin du mois approche !

Ce week end sur les conseils de Jalloach (contraction de coach et de Jalleau) je me suis fait une heure et quart lent et ma première séance de gainage fractionné : c’est bon ça !

5 série de 4 : 30′ ventre / 15 ‘ pause / 30′ coté / 15′pause / 30′ coté / 15′ pause / 30′ dos / 15′ pause et on enchaîne … Au total un quart d’heure avec 45′ sec de dos à la fin pour toucher le quart d’heure. Ca passe pas mal mais 15′ de pause c’est court compte tenu des changements de position cela fait vraiment pas chômer : disons que le break réel ne dépasse pas les 4 / 5 sec.

J’ai du mal avec la position ventre, signe d’une faiblesse sûrement, cotés ok, le dos me fait mal aux jambes.

Après les déménageurs sont arrivés et tout c’est gaté.

A plus las amis

 

Allo, Allo Jalleau ???

Jeudi 24 août 2006

« Bonjour Messagerie d’Alexandre Jalleau …  » quelle pureté dans cette boite vocale, quel dénuement ! 

Petite sortie en amoureux avec Max, Jalleau nous ayant lâchement abandonné.

On aurait tort de penser que le Jalleau est un sur-homme. Non quand Jalleau part en vacances 3 semaines, il reprend doucement. La déchirure guette, l’élongation n’est pas loin …on sent l’expérience de l’homme trop souvent blessé.

Rentré mercredi et reprenant le boulot jeudi il a commencé par une demie journée de travail ; Je pense que c’est un dérivé du fractionné. C’est pas con de fractionner ses jours de travail.

Après avoir fait une sortie longue, comprenez environ 2h30 passé au boulot, nore Jalleau est rentré faire une petite sieste pour ne pas couper trop vite le rythme des vacances.

Couché à 13 30, le gars ouvrit un oeil vers 19h30. C’est l’équation du succès pour réussir un bon marathon. Tu bosses deux heures et demie le matin, t’avales un morceau, « la pasta con Alexia » (et pas l’inverse Jacques, Alexia ne t’avale pas le morceau) et tu vas faire une petite sieste car le sommeil et la récup c’est essentiel : 6 heures, c’est bien!

Après il faut faire des étirements, des étirements du temps de travail.

L’inconvénient c’est que tu plantes tes potes, qu’ils t’attendent 20 minutes, ça va qu’il fait beau, qu’ils ont de la conversation, plein de choses à se dire … mais quand même c’est pas bien sérieux sérieux car dans ton programme, mon Jalleau, tu t’entraînes quand ?

Peut être Eric t’a t il convaincu ? Ton corps a des acquis et tu peux alléger ton programme au deuxième semestre? Je crois avoir convaincu Eric que ses objectifs étaient élévés : pour lui 7 minutes à gagner c’est 420 sec donc 1 seconde au 100 mètres et cela ne rime pas avec allègement. Je me répète under 3 c’est pas pour les tapettes !

On est là pour en chier et on va en chier et toi mon Jalleau tu vas te faire chier toute la nuit à regarder pour la 19° fois Lord of War, ton film culte qui a dû te manquer pendant tes vacances et après la reproduction des marmotes dans les Alpes du Sud sur TF1 à partir de 3 heure du mat.

Max et moi on dormira du sommeil du juste après 1 10 de course à 140 max, un grand tour du Bois et une série de gainage face au soleil couchant se réflétant sur le petit lac.

 

 

Les mouches collent au parebrise

Mercredi 23 août 2006

Petite séance de rentrée entre amis … sur un rythme infernal. C’était bon. A mon avis nous sommes bcp plus affutés que l’année dernière à pareille époque. En tout cas je le suis, la difficulté va être de garder cette forme et de capitaliser dessus pour une montée en puissance dans les deux mois qui viennent. En discutant avec un pote de Maurice dont la meilleure perf est 2 54 il m’a affirmé que faire moins de 3 heures, c’est dans la tête, c’est une décision ! On verra.

3 06 nous avait concocté un plan base pyramide : 600/1000/1500/800/300 avec des tps indicatifs basés sur une VMA de 18.

Résultats : 600 en 2 06, c’est bon ! 1000 en 3 42 au lieu des 3 50 c’est trés trés bon, 1500 on redoutait le coup de pompe 5 52 au lieu de 6 avec un net fléchissement au 500 car on était parti trop vite, fléchissement volontaire, raisonné pensé calculé puis ré accélération au 1300 qd Maurice nous a doublé on s’est mis dans sa roue,  2 56 au 800 pil poil, et 57 sur le 300 final.

Petite séance de gainage dans le gazon, cool. Je mesure les bienfaits d’avoir commencer tôt. Eric & et Max avaient l’air aussi confort que Jal et moi courant juillet, c’est à dire pas du tout. Je ne peux pas dire que je les fasse sans effort. Max a senti les vertus du vélo et Eric les vertus qu’il y aurait à perdre ses poignées d’amour.

On a couru tellement vite qu’à la fin de la séance nous étions couverts de mouches, gueule et maillot : les inconvénients de la vitesse. 3 06 ressemblait à un croisement entre une optique d’antibrouillard et un brownie aux pépites de chocolat. Max dans sa science du peloton, bien à l’abri a le mieux éviter les insectes.

Au rang des faits divers nous avons vu Maurice pour la dernière fois : il part à Nanterre. Petit pot d’adieu en toute simplicité à l’image du bonhomme, jus de fruit et gateau au chocolat. On le regrettera même si nous ne l’avons que peu connu. Blandine prépae le marathon de Chambéry, Barbara le semi de Roanne (les championnats de France avec objectif une place par équipe dans les dis premières féminines).

On commence les choses sérieuses lundi mais c’est déja trés sérieux.

Retour sur terre sur bitume

Mercredi 23 août 2006

Avant hier j’ai fait ma dernière sortie à Quiberon, juste avant le dîner.

« Dix de der » pourrait on dire à la belote : dans ce cas c’était mes dix derniers kilo sur la côte sauvage, face à la mer, au vent et au soleil couchant. Allure cool, pas d’autres objectifs que de savourer cette dernière sortie bretonne, d’emmagasiner iode, vue, air marin, vacances … tout ce que j’aime.

J’ai fait la même chose hier soir de retour à Colombes après une première journée voyage/boulot déja pas simple. 11 kilos en un petit peu plus d’une heure.

Je voulais reprendre contact.

Je suis parti dans Colombes ce que je n’avais encore jamais fait, j’ai tourné dans les petites rues pavillonnaires puis dans la cité. Quel contraste!

Il fait nuit ou bientôt nuit : il y a 30 mns de décalage horaire avec la Bretagne : perdre une demie heure de soleil c’est plonger dans l’automne en accéléré.

Le bitume remplace la terre. Pourtant ls routes sont plus mauvaises : pavé, trou, trottoir, merde de cleps, cannette de coca il faut se refaire à ces pièges : je préférai taupinière, galet, sable mou, algues.

Les odeurs … la merguez dans les cités, un peu plus haut les côtes d’agneau barbecue chez les bourges. Des panaches de fumée surgissent de temps en temps. Dans la cité je pourrais transpirer à grosses gouttes et rentrer en puant le graillon et la clope. Il fait encore beau et tout le monde est dehors autour de petits boui boui traditionnels.

La vue … j’ai vu des murs de granit pendant qlq semaines, place aux murs de béton, véritable falaise de 15 étages qui bordent la Seine. Faut il parler de préférence?

Les gens. A Quiberon les gens font : ils se balladent, courrent, bossent, vont à la plage , ici rien ça tchatche. De temps en temps je suis prêt à accélérer, un groupe de jeunes qui se marrent en me regardant (faut dire qu’avec nos tenues), un chien en laisse mais sans muselière : je cherche où je me percherai en cas de problèmes. Je tourne mon Garmin pour ne pas tenter.

Je finis par 4 kilo le long de l’A 86, à 4 mètres des voies car le parc de l’Ile Marrante est fermé. Je le longe, il borde l’autoroute. Je retrouve une atmosphère sportive : sur ce ruban plat, droit et étroit il y a toujours du beau monde, ça court et ça court bien.

Bon … Quiberon c’est fini et dire que c’était la ville de mon premier amour (Hervé Villard), bonjour Colombes et ses parcours urbains.

Tout à l’heure j’attaque la piste : le vrai début du plan ne sera que la semaine prochaine.

 

123